"Celui qui sait" d'Alexandra Marinina

Publié le par Margotte

mon livre du moment : ça se lit très bien et c'est très intéressant...

Année 60 : Natacha Kasantseva, la future réalisatrice télé, sa soeur Lioussia qui sera un écrivain raté, leurs parents, la bibliothécaire juive Bella Lvovna et son fils Marik, un couple d'ivrognes et un autre sans enfant, tous vivent dans un appartement communautaire de Moscou.
Les temps sont durs. On se débrouille, on fait la queue dans les magasins, beaucoup buvant pour oublier une société de répression et de pénurie où rien n'est possible quand on n'a pas d'amis au Parti Communiste.
Petites et grandes joies d'une vie régie par un moralisme étouffant, les années passent jusqu'au jour terrifviant où le système s'éfondre avec la Péréstroïka et cède la place à une Russie de l'enrichissement effréné pour certains et de la misère pour beaucoup.
Cette saga d'Alexandra Marinina décrit avec lucidité et espoir une Russie qui se remet à peine de 70 ans de communisme.

Biographie d'Alexandra Marinina
Née dans une famille de juriste, diplômée de jurisprudence, Alexandra Marinina entre dans la police moscovite au sein de laquelle elle atteint le grade de lieutenant-colonel, et exerce les fonctions de criminologue au ministère de l'Intérieur. Elle démissionne en 1996 pour se consacrer à sa carrière d'auteur. Dans ses romans policiers réalistes, elle met en scène la Russie d'aujourd'hui et ses dérives, de la corruption généralisée à la guerre en Tchétchénie, n'épargnant ni la politique et les services secrets ni les nouveaux riches symptomatiques du capitalisme effréné qui frappe son pays. Ses polars sociologiques ont pour héroïne Anastasia Pavlovna Kamenskaja, alter ego littéraire de l'auteur. Anastasia est inspectrice à la Petrovka (police criminelle de Moscou), intègre et intellectuelle, virtuose en informatique et en mathématiques ; elle traque inlassablement mafieux et désaxés. Alexandra Marinina lui consacre dix-sept romans dont 'La mort et un peu d'amour', 'Le cauchemar", 'La liste noire', 'La mort pour la mort', 'Tout se paie', 'Je suis mort hier', 'Le styliste', traduits en français depuis 2000. Véritable phénomène éditorial, traversant les frontières, Alexandra Marinina est l'un des auteurs les plus populaires de son pays. Elle pose sur les affres de la société moscovite contemporaine un regard aigu et averti.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article