Chopin

Publié le par Margotte

FREDERIC CHOPIN (1810-1849)

  

La vie de Frédéric Chopin est une de celles qui a suscité le plus de légendes. Qui ne connaît l'image dénaturée du musicien à la fois passionné et mièvre, tumultueux et efféminé ? Sa liaison avec George Sand, son allure chétive, sa lutte contre la phtisie et sa mort en pleine jeunesse contribuent à donner cette image de lui. Pourtant, ses réticences envers ses contemporains romantiques, son goût pour la musique de Haendel (son idéal musical), le fait que Bach et Mozart sont pour lui des modèles de perfection et l'abandon de sa carrière de virtuose mettent en évidence l'ambiguïté de son tempérament.
Si au départ, il s'efforce de se conformer à l'idéal classique, très vite apparaît le souci évident de retrouver les souches populaires de la musique polonaise, mélange de nostalgie et de rêve, à laquelle il donnera une expressivité extrême. L'invasion de la Pologne par la Russie provoquera chez Chopin un désespoir patriotique qui générera une interrogation poignante sur lui-même. La souffrance de vivre loin de son pays le conduit à identifier ses propres souffrances à celles de la nation polonaise opprimée. Chopin, dont la démarche compositionnelle est si personnelle, adulé et adopté par toute l'élite cultivée, a confié son imagination créatrice presque exclusivement au piano, faisant de cet instrument le mode d'expression musicale par excellence, plus que tout autre musicien romantique. "Chapeaux bas, Messieurs, un génie" pour reprendre le cri d'admiration de Schumann.
Claire Chopot

Publié dans le coin musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article