parlez-moi de la pluie

Publié le par Margotte

film réalisé par Agnès Jaoui
Avec Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri, Jamel Debbouze, Pascale Arbillot, Guillaume De Tonquedec

Agathe Villanova, féministe nouvellement engagée en politique, revient pour dix jours dans la maison de son enfance, dans le sud de la France, aider sa soeur Florence à ranger les affaires de leur mère, décédée il y a un an.
Agathe n'aime pas cette région, elle en est partie dès qu'elle a pu. Mais les impératifs de la parité l'ont parachutée ici à l'occasion des prochaines échéances électorales.
Dans cette maison vivent Florence, son mari, et ses enfants. Mais aussi Mimouna, femme de ménage que les Villanova ont ramenée avec eux d'Algérie, au moment de l'indépendance.
Le fils de Mimouna, Karim, et son ami Michel Ronsard entreprennent de tourner un documentaire sur Agathe Villanova, dans le cadre d'une collection sur "les femmes qui ont réussi".
On est au mois d'Août. Il fait gris, il pleut. C'est pas normal. Mais rien ne va se passer normalement.

critique Evene :

“Parlez-moi de la pluie... et non pas du beau temps”, chantait Brassens. Car ce qui intéresse le couple Jaoui-Bacri, ce ne sont pas les gens heureux et les trains qui arrivent à l'heure. Depuis 'Cuisines et dépendances', leur première pièce adaptée au cinéma, et surtout depuis 'Le Goût des autres', le duo explore les rapports de domination. 'Parlez-moi de la pluie' ne surprend donc pas. Mais ce dernier film se révèle plus fin et complexe que les précédents. Moins donneurs de leçon, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri décrivent des personnages plus ambigus, chacun à leur tour bourreaux et victimes. Avec une grande précision dans le jeu aussi bien que dans l'écriture des dialogues, chacun des acteurs - seconds rôles compris - porte cette dualité. Subtil, l'humour des Jaoui-Bacri ne passe pas par des gags ou même de bons mots mais par des attitudes, des expressions et quelques joutes verbales très réussies. 'Parlez-moi de la pluie' ne renouvelle pas le cinéma d'Agnès Jaoui, certes, mais il est une démonstration de leur savoir-faire : un cinéma drôle et intelligent.

j'ai été agréablement surprise de découvrir un Jamel Debbouze "sobre" car je ne suis habituellement pas fan de Jamel Debbouze trop... trop !
on retrouve la suptilité, la finesse de Jaoui/Bacri. c'est drôle sans gag à "gros sabots" qui traitent si bien des rapports entre les gens "simples" dans le sens des gens que l'on peut croiser...
ce que j'aime aussi dans les films de Jaoui, c'est la musique : dans parlez-moi de la pluie on entend entre autre Schubert !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article